Les chevaliers Teutoniques

Les Chevaliers Teutoniques

Cet ordre hospitalier et militaire est fondé vers 1128 par les Croisés à Jérusalem, mais exerce son influence surtout en Allemagne.
L'ordre, confirmé par Innocent III en 1199, bénéficie bientôt de privilèges et de donations considérables dans toute l'Europe et en Palestine.
Les heurts avec les Hospitaliers les incitent à chercher un établissement en Europe Orientale, où le paganisme était encore largement répandu. Il répondent à l'appel du duc polonais de Masovie contre les Prussiens païens, qui effectuaient des raids dévastateurs en pays chrétien.
Hermann de Salza, grand maître de l'Ordre et conseiller intime de Frédéric II, en obtient en 1226, à Rimini, une bulle d'or attribuant à l'ordre les territoires de la rive droite de la Vistule.
Le pape donne son accord en 1230 lance un appel à la croisade contre les Prussiens. La conquête est menée méthodiquement. Königsberg est fondée en 1255. Les Chevaliers ne sont pas plus d'un millier, et sont chargés d'encadrer les contingents de croisés.
En 1237, ils fusionnent avec les Chevaliers Porte-Glaives.
Leur avancée à l'Est est limitée par les Russes (défaite devant Alexandre Nevski en 1242).
À la fin du XIIIième siècle, tous les territoires de l'État teutonique sont pacifiés et convertis au christianisme, sauf la Samogitie, qui reste païenne jusqu'aux années 1400, quand Jagellon, prince des Lituaniens, se convertit.
Le XIVième siècle marque l'apogée de l'ordre Teutonique. Outre ses possessions orientales, l'ordre se développe dans une grande partie de l'Europe grâce aux donations et au prestige de la croisade : fondation de plus de 200 commanderies en Allemagne, hôpitaux. On en signale même en France et en Espagne.
Dans la seconde moitié du XIVième siècle, le grand maître des Teutoniques apparaît comme un des souverains les plus puissants et les plus riches d'Europe. La grande oeuvre de l'ordre fut la colonisation du pays par des colons allemands.
Le XVième siècle siècle voit cependant leur déclin devant les révoltes intérieures et le conflit avec la Pologne et la Lituanie, marqué par la défaite de Tannenberg de 1410 devant Jagellon.
La conversion au luthéranisme de son grand-maître Albert de Brandebourg sécularise l'ordre.
Il subsiste comme ordre hospitalier en Autriche.

URL d'origine : historama.free.fr


Retour