Costume de mariage

UNE NOCE AU XVe SIÈCLE (miniature d'un manuscrit)

Ces miniatures, extraites du roman des quatre fils Aymon, nous renseignent sur les mœurs, l'habitation et les costumes de cette époque. Voici comment se déroulait un mariage à cette époque :

Noce au XVème siècle Repas médiéval
128 ko 126 ko
Image grande taille : 573 ko Image grande taille : 540 ko

En telle manière le seigneur du Lalain exploita et fit telle diligence que la jeune dame lui fut accordée pour messire Guillaume, son fils : et fut la dame par messire Guillaume de Lalain fiancée et épousée ; puis moult notablement accompagnée de ses 2 frères Jean et Raoul de Créquy, et grand foison de chevaliers et écuyers, fut amenée et conduite jusqu'au châtel de Lalain, où elle fut reçue du seigneur et la dame de Lalain, accompagnés de grand nombre de chevaliers, écuyers, dames et demoiselles, leurs parents et voisins qui, à grande joye et liesse reçurent la noble dame et la menèrent amont en la grand'salle et puis en la chambre qui pour elle était préparée, et puis quand une heure fut de souper, la jeune dame fut amenée en la salle, moult richement parée et vestue à dextrée de ses deux beaux-frères. Sanehe et Simon de Lalain pour lors jeunes écuyers, grands, beaux et bien formés de tous membres. Alors la fête et joie encommenca en la grand'salle du château de Lalain. Puis quand vinrent de souper, et que les tables furent mises et couvertes, l'eau fut apportée, si lavèrent, et s'assirent à table. De leur assise, ni des mets, ni entremets, dont ils furent servis ne vous en veux faire long conte, car assez est à croire qu'à celui jour furent moult richement servis de ce que pour lors on pouvait ni sçavoir finer. Puis quand le vin après souper, et que les tables furent levées danses et carolles encommencèrent par la grand'salle de château de Lalain, trompettes et ménestrels commencèrent à jouer de leur métier. Là y avait qui jouoient de plusieurs instruments mélodieux ; chacun d'iceux s'y acquittoit au mieux qu'il pouvoit. Après toutes danses et ébattements faits, leur vint que tous s'en allèrent coucher.

Chronique de J. De LALAIN,
par Georges Châtelain.


Retour au sommaire Vie quotidienne
Retour au sommaire général