Naissance et organisation des universités au Moyen-Âge

Par Kareen Healey,
étudiante en bacc d'histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Loin d'être une nouveauté dans nos sociétés contemporaines, les premières universités apparurent au XIIIème siècle. A cette époque, le mot "université" avait un sens bien différent d' aujourd'hui. C'est seulement au fil de l'évolution et des siècles qu'il a pris pleinement son sens contemporain. Cette évolution, de surcroit très intéressante, nous la verrons dans ce premier volet d'une série de deux articles. C'est seulement dans le second volet qu'il sera question des étudiants eux-mêmes ainsi que de leur mode de vie. Voyons donc maintenant comment est né cet institut qu'on appele aujourd'hui "Université", d'où celle-ci tire son nom, comment est apparu le recteur, qui était-il au Moyen-âge, et comment sont apparu les concepts de "faculté", de "baccalauréat", et de "doctorat".

1 L'origine de l'université

Au départ, le mot "Université" signifiait "corporation, association, confrérie". Il apparait en 1150 et il est issu du latin "universitas". Le nom d'"université" _ courant dans le langage juridique de l'époque _ s'est fixé par le nom de sa propre chartre : Universitas magistrorum et scolarium qui promulguait un début d'"univeristé". Il serait cependant erroné d'imaginer que les universités médiévales soient exactement comme celles que nous avons de nos jours. A ses débuts, ces dernières n'étaient que des regroupements d'écoles dans lesquelles les maîtres gardaient une autorité. L'enseignement se faisait dans des cloîtres ou encore dans des salles louées à cet effet. Les étudiants suivaient leurs cours assis sur des bottes de foin. Il existait deux types d'université : l'une qui pouvait être dominée par les maîtres _ comme les "universités" étaient une fédération d'école, chaque maître gardait pleine autorité à l'intérieur de sa propre école _ et la seconde qui était plutôt une "université" d'étudiants. Ce fut le cas pour l'université de Bologne dans laquelle les étudiants se regroupaient pour assurer eux-mêmes leur défense et recruter des professeurs. Au commencement, l'université est donc seulement un concept qui englobe un sentiment de solidarité qui se transforma peu à peu en institution. Vers 1208, on pense réunir ces écoles. Des lettres pontificales en font mention. Des conflits firent suite à ces propositions en 1212 - 1213, puis en 1219 - 1225. Suite à cela, le Pape Grégoire IX promulgua la Grande Chartre de l'université le 13 avril 1231. Ce fut une bulle dans laquelle le Pape met par écrit les différentes obligations de l'université, des maîtres et des étudiants. Cette dernière vaut d'ailleurs la peine de s'y arrêter un peu.

Tel que mentionné ci-haut, c'est suite aux différents conflits que nait cette charte. Grégoire IX est ennuyé par cette situation et il le fait clairement sentir : "(...) C'est pourquoi, ayant considéré attentivement les problèmes qu'on nous a soumi à propos de la discorde qui est née à l'instigation du diable et qui trouble gravement les études, nous avons, assisté du conseil de mes frères, pensé qu'il était préférable de les résoudre par un règlement sage plutôt que par une décision judiciaire."

Dans cette bulle, le Pape décide que ce sera le chancelier de Paris qui représentera l'Université de Paris et ses étudiants, Il devra prêter serment devant l'évêque ainsi que deux maîtres : "(...) convoqués pour cela et représentant l'université des étudiants". Lors de son mandat, le chancelier aura pour tâche d'accorder la "licence d'enseigner qu'à des hommes dignes en fonction du lieu et du moment, selon le statut de la cité, l'honneur et le renom des facultés et refusera aux indignes ce privilège _ toute considération de personne ou d'origine étant écarté". En ce qui concerne les maitres _ de théologie et de décret _ ils devront, avant de commencer à enseigner, prêter serment en public et jurer de "porter fidèlement témoignage sur les choses susdites". Le chancelier aura aussi pour fonction d'apposer une règlementation sur les "méthodes et horaires des leçons, des discussions sur la tenue souhaitée, sur les cérémonies funéraires, sur les bacheliers : qui doit donner des leçons, à quelle heure et quel auteur choisir, sur la taxation des loyers et l'interdiction de certaines maisons; et le pouvoir de châtier comme il faut ceux qui se rebellent contre ces constitutions ou réglements en les excluants."

Enfin, le Pape mentionne l'interdiction du port d'armes pour les étudiants ainsi que toute jouissance ou privilège _ pour maîtres ou étudiants _ sans fréquentation préalable de l'université. La bulle se termine ainsi "(...) Si quelqu'un ose y attenter [aux règlements] qu'il sache qu'il encourera l'indignation du Dieu Tout Puissant et des Bienheureux Pierre et Paul apôtres."

Pour avoir une petite idée du développement des universités dans l'occident chrétien, voici quelques données :

Au XIIIème siècle, c'est seulement quelques centres scolaires qui sont considérés comme universités : Bologne, Montpellier, Paris et Oxford. A la fin de ce siècle, on comptait seulement une quinzaine d'universités _ principalement en France et en Italie. Vers 1500, on en compte une soixantaine qui s'étend à tout l'occident chrétien. Les universités étaient l'objet de création volontaire de la part de Princes des villes. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, malgré le temps des crises aux XIV et XVème siècles qui impliqua une baisse démographique importante, la population d'étudiants augmenta considérablement. Vers 1400, par exemple, l'université de Paris comptait environ 4000 étudiants. Vers 1450, Oxford et Cambridge en comptaient respectivement 1700 et 1300.

2 Le fonctionnement de l'université

C'est à l'université de Paris que l'on est plus en mesure d'étudier de façon significative l'évolution au niveau pédagogique de l'université. C'est donc de cette dernière qu'il sera ici question. L'université de Paris comptait quatre facultés : - Arts - Droit canon - Médecine - Théologie. Chaque faculté était dirigée par les maîtres titulaires avec un doyen à leur tête. Les maîtres et les étudiants se regroupaient selon leur lieu d'origine dans des regroupements appelés des nations. Il y en avait quatre : La française, la picarde, la normande et l'anglaise. C'est un procureur qui dirige chaque nation. Ils assistent le recteur, qui lui, est à la tête de la faculté des arts. C'est d'ailleurs grâce à la popularité de cette dernière faculté que son chef s'imposera rapidement comme le chef de l'université entière _ de là viennent nos "recteurs" contemporains.

A Oxford, cependant, il n'y aura pas de recteur unique. Ce sera le travail d'un chancelier qui sera choisi par ses collègues. A Bologne, la situation est un peu différente : les professeurs ne feront pas parti de l'université car la corporation ne regroupera que des étudiants. Les maîtres choisiront plutôt de former le collège des docteurs qui leur servira de corporation. Les corporations universitaires s'appuient sur trois privilèges : l'autonomie juridictionnelle _ elle fait partie de l'Eglise avec appel au Pape en cas de conflit _ le droit de grève et de sécession et enfin, le monopole d'attribution des grades universitaire.

Au moyen-âge, les universités n'étaient pas seulement des établissements d'enseignement supérieur. Elles pouvaient, dans certains cas, contenir l'enseignement primaire et secondaire ou encore si elles ne les assumaient pas directement, elles en étaient du moins responsable. La durée de l'enseignement variait d'une faculté à une autre : pour les Arts _ qui étaient indispensable pour accéder aux autres facultés _ on y avait accès à l'âge de 14 ans et on y restait environ 6 ans, c'est-à-dire jusqu'à l'âge de 20 ans. Il y avait deux étapes dans le cheminement : en premier lieu le BAC (deux ans) et en second lieu, le doctorat. En ce qui concerne la médecine et le droit, on y avait accès de 20 à 25 ans et on y passait six ans de sa vie pour avoir droit à la licence et au doctorat. La maitrise de la faculté d'Arts était obligatoire. Finalement, en ce qui concerne la théologie, elle demandait de très longues études. On devait y passer huit ans et plus et avoir un minimum d'âge de 35 ans pour y accéder. On devait posséder le doctorat des Arts et on faisait de quinze à seize ans d'études.

En conclusion, l'université médiévale, née à priori d'un sentiment de solidarité commun aux étudiants est devenue une institution d'enseignement hautement hiérarchisée _ dans laquelle tous gardaient quand-même leurs droits _ et parrainée par l'Eglise. Déjà à l'époque existait des termes communs à notre époque _ comme les doctorats, les licences, les maitrises etc. _ et qui n'ont presque par changé de sens au fil du temps.

Cette première partie n'est qu'un aspect de l'université médiévale _ les origines et le fonctionnement. C'est dans la seconde partie de cette chronique sur les universités que nous verrons plus particulièrement les habitudes de vie et les contraintes de ces étudiants qui peuplaient les universités médiévales.


Bibliographie sommaire :

DEMURGER, A., Temps de crises, Paris, 1990.
Sur les universités de Paris au temps de Philippe Auguste :
(internet)
http://www.calvacom.fr/calvaweb/mcm/paris/enseignement.html


© 1997 par Kareen HEALEY et stéphane POUYLLAU.

Partie 2 : Etudiants au Moyen Age
Retour