FRANCE, ARDECHE, GENESTELLE, CHATEAU DE CRAU



Château de Crau

Auvergne Château de Crau Auvergne

Sur la commune de Genestelle

Sur la commune de Genestelle, vers 650 mètres d'altitude, le château se situe dans un très beau site, qui est d'ailleurs protégé, sur la pente du volcan de Craux. Il se dresse au milieu de vastes prairies entourées d'une superbe châtaigneraie.

Historique

Il est fait mention de Craux dès le XIVe siècle ; cette noble demeure, modifiée et agrandie au cours des siècles, sera constamment occupée jusque dans les années 1940 et ce, seulement par deux familles : les d'Ucel jusqu'au XVIIIe siècle, les Sauzet de Fabrias ensuite.

Craux a été bâti par les d'Ucel qui, en 1166 cédèrent à l'évêque de Viviers leurs droits sur les mines de Largentière et possédaient à cette date les châteaux d'Ucel, de Rochecolombe et Saint-Laurent-sous-Coiron.
Vers 1400, la châtelaine de Craux est Louise Flandin, de la famille des cardinaux Pierre et Jean Flandin ; elle est l'épouse de Noble Hugues d'Ucel et la grande bienfaitrice de N.-D. de Genestelle qu'elle restaure vers 1422.
En 1421, la légende -mais est-ce vraiment une légende ?- veut que le dauphin, futur Charles VII, se soit arrêté à Craux, alors que, banni par son père, il se rendait du Puy à Grenoble.
En 1432, Tersolet d'Ucel, seigneur de Craux est coseigneur d'Antraigues. En 1515, un d'Ucel de Craux meurt à 18 ans au siège de Pavie. En 1601, on trouve à Craux René d'Ucel, futur époux de Marie de Vogüé.
Au XVIIIe siècle, Craux passera aux Sauzet de Fabrias. Après le décès de la dernière occupante en 1946, le château, laissé à l'abandon, se dégradera très rapidement sous les effets conjugués des éléments et...des vandales.
Ce n'est qu'au début des années 1980 que l'on commence à s'intéresser au château, avec d'abord son classement comme monument historique en 1981. Sous l'impulsion de Me Jean-Paul Ribeyre, maire de Vals-les-Bains et vice-président de la Société de Sauvegarde, l'association des Amis de Craux est créée. Celle-ci signe avec les héritiers de la dernière occupante un bail emphythéotique de 33 ans. Différentes manifestations artistiques et culturelles furent organisées au château, mais surtout des travaux furent entrepris pour sauver cette vaste demeure. Déjà en 1985, les deux tours de façade étaient consolidées et désormais sauvées.

Enfin, en 1994, c'est la commune de Genestelle qui acquiert le château et ses 42 hectares de terres. Depuis 2002, un chantier d'insertion a entrepris d'importants travaux visant à consolider le gros oeuvre, à remettre en état la charpente et à couvrir le bâtiment par un toit provisoire en acier. Les tours ont reçu une nouvelle toiture et les travaux se poursuivent actuellement.
Durant l'été, des fêtes médiévales animent le site.

Le château

C'est un grand bâtiment formant un quadrilatère d'une quarantaine de mètres de côté, flanqué de trois tours rondes inégales ; la plus grosse, au sud-ouest, est décorée de deux corniches.
Les dépendances, très importantes, s'allongent vers le nord sur une centaine de mètres. Elles comportent deux cours carrées séparées par des bâtiments. La cour d'honneur s'ouvre à l'ouest par un beau porche ; elle donne accès au château par une porte percée dans son mur nord. Malheureusement, les constructions qui faisaient face à l'entrée ne sont plus que ruine. En revanche, son côté nord, faisant face au château, est fermé par un important bâtiment rectangulaire, qui est encore flanqué au nord-ouest d'une belle échauguette bien restaurée. Au rez-de-chaussée, une grande salle voûtée, que l'on pense avoir été une bergerie, fut utilisée pour des concerts dans les années 1980.
La deuxième cour avait conservé, malgré les atteintes du temps, la belle façade bordant son côté est. Le bâtiment correspondant a fait l'objet de travaux de restauration et a en particulier été couvert. On accède à cette cour par une belle entrée ouverte dans le mur qui la ferme au nord. A gauche de cette entrée, une petite construction avec une cheminée aurait-elle abrité un four à pain ?


Après la tour sud-ouest du château, on distingue le porche d'entrée de la cour d'honneur, puis le grand bâtiment, flanqué d'une échauguette, qui ferme cette cour au nord et enfin le mur occidental de la deuxième cour.



Sur la pente, au-dessous de l'ensemble du château et de ses dépendances, des restes de terrasses entourées d'un muret laissent penser à l'existence d'un ancien jardin accessible par un belle entrée. A droite, à demi-enterré, un bassin couvert d'une voûte en berceau confirmerait peut-être cette existence.
En raison des travaux en cours, il n'est pas actuellement (2007) possible de pénétrer dans le bâtiment, mais on peut espérer que les importants travaux de restauration déjà réalisés vont se poursuivre et permettront une remise en état complète de ce superbe ensemble.


Bibliographie :




[ page 1 ] [ page 2 ] [ page 3 ]

Auvergne
Auvergne.jpg
Chateau de Crau (01)
Chateau de Crau (01).jpg
Chateau de Crau (02)
Chateau de Crau (02).jpg
Chateau de Crau (03)
Chateau de Crau (03).jpg
Chateau de Crau (04)
Chateau de Crau (04).jpg
Chateau de Crau (05)
Chateau de Crau (05).jpg
Chateau de Crau (06)
Chateau de Crau (06).jpg
Chateau de Crau (07)
Chateau de Crau (07).jpg
Chateau de Crau (08)
Chateau de Crau (08).jpg
Chateau de Crau (09)
Chateau de Crau (09).jpg
Chateau de Crau (10)
Chateau de Crau (10).jpg
Chateau de Crau (11)
Chateau de Crau (11).jpg
Chateau de Crau (12)
Chateau de Crau (12).jpg
Chateau de Crau (13)
Chateau de Crau (13).jpg
Chateau de Crau (14)
Chateau de Crau (14).jpg
Chateau de Crau (15)
Chateau de Crau (15).jpg
Chateau de Crau (16)
Chateau de Crau (16).jpg
Chateau de Crau (17)
Chateau de Crau (17).jpg
Chateau de Crau (18)
Chateau de Crau (18).jpg
Chateau de Crau (19)
Chateau de Crau (19).jpg
[ page 1 ] [ page 2 ] [ page 3 ]

Retour